Banlieues Respect est une fédération d'organisation associatives provenant de quartiers situées dans les zones urbaines sensibles.
Collectif non subventionné depuis sa création en 2005.

Présentation

                                                                                                                                     Photo Evènement Culture Urbaine Grand Palais 2006

Qui sommes nous ?

Banlieues Respect est un collectif d’organisations associatives de terrain.

Il est composé d’associations provenant de quartiers difficiles, situés dans les zones urbaines sensibles, mais aussi de structures travaillant sur les thématiques des discriminations, de la diversité et de l’égalité.

« Le Collectif Banlieues Respect » est né pendant les émeutes urbaines de novembre 2005, à l’initiative des familles et des associations sur le terrain, afin de s’interposer entre d’une part la violence des jeunes désœuvrés et d’autre part la « violence institutionnelle de l’Etat ». 9000 voitures brûlées, 3 000 arrestations. La France était en proie à un embryon de guerre civile. Il fallait réagir.

Dix mois avant ces évènements tragiques, l’association « Citoyenneté et Démocratie » crée en 2001 et présidée par Hassan BEN M’BAREK, avait proposé au Premier Ministre l’organisation d’une rencontre avec des acteurs de terrain, afin d’établir un diagnostic réaliste de la situation dans ces cités qui étaient encore qualifiées de « sensibles », alors qu’elles paraissaient à nombre d’entre eux plutôt sur le point « d’exploser », ce que la suite des événements est venue malheureusement confirmer.

En Août 2005, trois mois avant les émeutes, Monsieur Dominique de Villepin répondait favorablement à notre demande pour l’organisation le mercredi 9 novembre 2005 à Matignon d’une réunion de travail avec une vingtaine d’associations travaillant pour certains d’entres elles depuis plusieurs années sur le terrain et d’horizons politiques divers (Cf. liste associations). Ce sont ces mêmes associations qui devaient par la suite former le collectif Banlieue Respect.

Lors de cet échange, nous avons établis un état des lieux de ces quartiers à partir des thématiques de l’emploi, du logement, de la citoyenneté, de la sécurité et des rapports difficiles entre les jeunes et les forces de l’ordre. Nous avons également émis plusieurs recommandations, dont l’usage systématique par les forces de l’ordre du vouvoiement à l’égard des jeunes lors des contrôles d’identité, car sans cette marque élémentaire de respect, aucun dialogue ne peut être ouvert ou pérennisé.

Nous avons également suggéré le dépôt d’un projet de loi permettant l’inscription automatique des jeunes sur les listes électorales, ce qui pouvait constituer une sollicitation supplémentaire des pouvoirs publics à leur égard dans le sens d’une plus grande implication dans la vie de la cité, de la société et de leur pays.

Afin de contribuer à l’apaisement et au retour d’un dialogue constructif mené dans le respect de chacune et chacun, le Collectif Banlieues Respect a lancé un appel au calme lors de l’organisation d’un Rassemblement devant le mur de la paix au Champ de Mars à Paris le 11 novembre 2005 (165 associations de toute la France se sont associées à cet appel à la paix et au respect).
Enfin, nous avons réclamé une évaluation de l’impact des politiques publiques dans les zones urbaines sensibles durant les trente dernières années.

Laisser un commentaire

Front des Banlieues Indépendant (FBI) structure opérationnelle et de "combat" des associations composant le Collectif Banlieues Respect.