Banlieues Respect est une fédération d'organisation associatives provenant de quartiers situées dans les zones urbaines sensibles.
Collectif non subventionné depuis sa création en 2005.

Archive pour la catégorie ‘Emploi Banlieue’

Le Parisien: Les loueurs de voiture à doubles commandes perdent patience

 

logo  leparisien

Presse du 8 novembre 2013

Les loueurs de voiture à doubles commandes perdent patience

 

Ils ont manifesté, hier, place Beauvau à Paris (VIIIe) devant le ministère de l’Intérieur pour tenter d’obtenir l’abrogation d’un arrêté qui les pénalise.

Ils ont réussi à semer la pagaille sur la place Beauvau. Au moins pendant plus d’une heure. Hier, les loueurs de voiture à doubles commandes ont une nouvelle fois manifesté, pour réclamer l’annulation d’un arrêté administratif. Après le ministère du Travail, et la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routière, fin octobre, c’est devant l’Intérieur qu’ils ont tenté de converger en fin de matinée : « Tout le monde se renvoie la patate chaude.

A force, nous perdons patience. Nous voulons simplement obtenir un rendez-vous avec quelqu’un », crie Julien, le fondateur de la société Permis Malin, debout sur le toit de sa voiture, courrier dans les mains et bonnet rouge sur la tête. « Des associations du sud-ouest ou de Bretagne nous ont contactés. Nous luttons tous pour la même chose : la défense de nos emplois », se justifie-t-il.
Mais après quelques minutes d’hésitation, le temps de comprendre la situation, les policiers en nombre sur cette place proche de l’Intérieur et de l’Elysée – ont rapidement, et virilement, évacué les manifestants. Une vingtaine d’entre eux a été conduite dans un commissariat du 13e d’où ils ne sont sortis que vers 20 heures.

L’objet de leur colère est un arrêté administratif, entré en vigueur en octobre. Jusqu’alors, un automobiliste, titulaire du papier rose depuis 5 ans, pouvait louer une voiture à doubles commandes et faire conduire un apprenti, si celui-ci avait suivi 20 heures de formation en auto-école et obtenu son code.

Des jeunes de banlieues, d’Antony à Montreuil, en profitent pour monter leur entreprise, comme Julien, cofondateur de Permis Malin à Antony : « Ce système permet aux jeunes de passer le permis moins cher. Et à nous, dans les banlieues, de créer de l’emploi », explique l’un des manifestants.

Sauf que les auto-écoles ne l’entendent pas ainsi. D’après Françoise Damidot, vice-présidente régionale du syndicat CNPA, « Beaucoup de nos moniteurs viennent y donner des cours payés au noir. Or, ces leçons ne sont pas encadrées », assure-t-elle, ajoutant que sans formation, « la conduite d’une voiture double commande est dangereuse ». L’arrêté oblige donc tous les accompagnants, s’ils veulent louer ces véhicules à une formation dans une auto-école. Le prix varie de 250 € à plus de 1000€ selon les établissements.

« C’est la mort de nos entreprises. Louer nos voitures n’a plus aucun intérêt financier pour les clients », craint Karamoko. « Certains d’entre nous ont emprunté 50000 € pour monter ces boîtes. Entre les dettes, le visage grillé et une adresse en banlieue, que voulez-vous qu’ils trouvent comme emploi? », interroge un autre. « Comment Hollande peut-il dire qu’il défend les banlieues, alors qu’il détruit leur emploi? S’ils en viennent aux manières fortes, nous aussi », prévient Hassan Ben M’Barek, porte-parole du collectif Banlieues Respect, lui aussi, violemment interpellé.
Déjà, certains évoquent l’idée de bloquer les centres d’examens : « Et s’il faut manifester tous les jours pour qu’on nous entende, nous serons là. Nous n’avions plus rien à perdre ».

Communiqué de presse du 08 novembre 2013

Les Bonnets Rouges de Banlieue.

Le mercredi 6 novembre 2013, l’association « Défense Permis Banlieue » et des associations du  « Collectif Banlieues Respect » ont organisé un rassemblement devant le ministère de l’intérieur contre la destruction d’emplois en Banlieue.

Une cinquantaine de véhicules double-commande, répartis en plusieurs convois, se sont dirigés en direction de la place Beauvau. Seul un convoi d’une dizaine de véhicules a pu traverser l’imposant dispositif policier mis en place en raison du conseil des ministre.

Une vingtaine de militants et des gérants de société dont certains portaient un bonnet rouge en solidarité avec les bretons pour leur combat en faveur de l’emploi, ont été interpellés d’une façon musclée dont neuf ont été placés en garde  à vue.

L’association Défense Permis Banlieue et des associations du Collectif Banlieues avaient annoncé, il y a quelques jours le durcissement du mouvement afin de se faire entendre des pouvoirs publics.

Contre la destruction d’emplois en Banlieue par Monsieur François Hollande et Monsieur Manuel Valls des associations du Collectif Banlieues respect annoncent la création du mouvement des « Bonnets Rouge de Banlieue » qui mènera dans les jours prochains  une série d’actions fortes pour demander l’annulation de l’arrêté.

 

Hassan BEN M’BAREK

Porte-parole du Collectif Banlieues Respect

Tél : 06 19 04 21 66

 

3ème Action emploi:

Interpellation musclée des militants devant le Ministère de l’Intérieur.

Communiqué de presse du 05 novembre 2013

Durcissement du mouvement pour sauver des emplois en Banlieue

Le Collectif Banlieues Respect a organisé une manifestation, le mercredi 23 octobre 2013 devant la délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR), pilotée par Monsieur Frédéric Péchenard, en partenariat avec les associations Défense Permis Banlieue, FBI et ADLDC afin de demander l’annulation de cet arrêté.

Malgré une demande de rendez-vous, de plus d’un an, de l’association Défense Permis Banlieue avec Monsieur VALLS et Monsieur PECHENARD restée sans suite.

Ainsi qu’une proposition du Collectif Banlieues Respect d’organiser une table ronde avec tous les acteurs du dossier pour trouver des solutions afin que ces entrepreneurs de banlieue puissent continuer à travailler.

L’association Défense Permis Banlieue et des associations du Collectif Banlieues Respect sont dans l’obligation de durcir le mouvement afin de se faire entendre des pouvoirs publics.

Par conséquent, des actions telles que le blocage des centres d’examens de permis conduire seront organisées à partir de cette semaine.

Porte-parole du Collectif Banlieues Respect

Tél : 06 19 04 21 66

Hassan BENM’BAREK

2ème Action emploi:

Manifestation devant la Délégation de la Sécurité et de la Circulation Routière.

Presse: Le Parisien  » Les loueurs de voitures à double commande manifestent devant le Ministère du Travail »

logo  leparisien

Presse du  23 octobre 2013

Les loueurs de voitures à double commande manifestent devant le Ministère du Travail.

 

Le 10 octobre devant le ministère du Travail, aujourd’hui à la Défense, sous les fenêtres de Frédéric Péchenard, le délégué interministériel à la sécurité routière… Rassemblés au sein du collectif Banlieues Respect, les loueurs de voitures à double commande manifestent une nouvelle fois pour demander le retrait d’un arrêté législatif entré en vigueur ce mois-ci.

Jusqu’ici, l’accompagnant d’un apprenti conducteur ne devait justifier que de cinq ans de permis pour pouvoir louer une citadine identique à celle utilisée par les instructeurs professionnels. L’Etat lui impose maintenant de suivre une formation payante qui devrait valoir entre 250 et 300 €. Ce surcoût motivé par les autorités au nom de la sécurité va supprimer l’attractivité de la formule développée par des entreprises telles que Permis Malin.

« Il s’agit ni plus ni moins d’un racket », tranche Patrick. Après avoir aidé son aînée à parfaire ses aptitudes au volant, ce père de famille conseille maintenant son fils Nicolas. Hier après-midi, il l’a supervisé une heure durant dans les rues de Boulogne-Billancourt (Hauts-de-Seine). L’argument sécuritaire ne tient pas la route pour cet habitant du XVIe arrondissement parisien : « Pour pouvoir s’installer dans l’un de ces véhicules, le jeune doit avoir pris au minimum vingt heures de cours en auto-école. » « S’il faut rajouter 250 €, ça signifie la mort du système », complète Nicolas.

Des avis partagés par Faty, venue elle aussi effectuer quelques tours de roue sous l’œil souriant mais vigilant de son frère aîné. « Je paie 22,90 € l’heure chez Permis Malin, explique cette jeune trentenaire domiciliée à Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine). Pour la même durée, mon auto-école réclame 53 €. Passer le permis, ça demande un budget impossible. »

Les enseignes qui prospèrent dans cette activité ont vu le jour en banlieue en 2008. Les jeunes entrepreneurs qui les dirigent se battent pour ne pas disparaître et dénoncent l’action du lobby des auto-écoles. Ces dernières récupéreront les cours visant à préparer les personnes qui prendront place dans les automobiles munies de deux pédaliers.

« Les sociétés comme Permis Malin doivent continuer à exister, car elles proposent une solution complémentaire de l’offre des auto-écoles », assure Christel. Cette Parisienne a réservé vingt heures pour que Sarah, son aînée de 21 ans, gagne en assurance avant de se présenter à l’examen. « Elle a déjà fait quarante heures avec un moniteur, mais ça s’est très mal passé, déplore Christel. Maintenant elle est prête. » Les usagers n’entendent pas voir disparaître un service qui leur donne entière satisfaction. « J’espère que Permis Malin va pouvoir continuer », lâche Christel.

 

lien article: http://www.leparisien.fr/espace-premium/hauts-de-seine-92/les-loueurs-de-voitures-a-double-commande-ont-perdu-24-01-2014-3521595.php

Communiqué de presse du 17 octobre 2013

HOLLANDE M’A TUER : On ne brûle pas de voitures on les loue ! 

Le Collectif Banlieues Respect a organisé une manifestation, le jeudi 10 octobre 2013 à 11h30,  devant le ministère du Travail et de l’Emploi en partenariat avec les associations Permis Défense Banlieue, le Front Des banlieues Indépendant et des loueurs de véhicule double-commande appartenant au réseau Permis-malin.( voir vidéo ci-dessous)

Le collectif Banlieues Respect continuera à mener des actions pour demander l’annulation de l’arrêté du 16 juillet 2013 qui va entrainer la fermeture de plus de 200 entreprises créées pour la plupart par des jeunes de banlieue.

Le Collectif Banlieues Respect fait partie de ces rares organisations de banlieue à avoir soutenu clairement Monsieur Hollande dès le premier tour de l’élection présidentielle d’avril 2012. Plus de 80% des jeunes de Banlieue ont voté pour le candidat PS à la présidentielle.

Par ailleurs, au vue des résultats sur le terrain, le Collectif Banlieues Respect estime que la Banlieue est beaucoup trop indulgente avec François Hollande.

Par conséquent, le Collectif Banlieues Respect demande simplement au président de la République, Monsieur François Hollande, au ministre de l’intérieur, Monsieur Manuel Valls et au ministre du travail et de l’Emploi, Monsieur Michel Sapin, de laisser travailler tranquillement ces jeunes entrepreneurs de Banlieue.

Dans un contexte économique et social difficile, beaucoup de français n’ont pas les moyens de payer 50 € pour une heure de conduite. Imposer cette formation aux sociétés de loueurs de véhicule double-commande, c’est empêcher une partie des habitants des banlieues, d’obtenir leurs permis de conduire,  donc de se déplacer et de travailler comme tout le monde.

Les associations du Collectif Banlieues Respect organiseront le mercredi 23 octobre à partir de 11h30 un rassemblement devant la délégation à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) pilotée par Monsieur Frédéric Péchenard afin de demander l’annulation de cet arrêté.

Porte-parole du Collectif Banlieues Respect

Hassan BENM’BAREK

Tél : 06.19.04.21.66

 1ème Action emploi:

Manifestation devant le ministère de l’emploi et blocage de toute la rue de Grenelle.

                                           

Communiqué de presse du 09 actobre 2013

Destruction d’emplois en Banlieue: Fin des sociétés de location de voiture à double commande

Le Collectif Banlieues Respect est  une Fédération d’associations de quartiers impliquées dans l’action au sein des quartiers difficiles, qui avait appelé à la paix et au respect lors des émeutes de 2005. A ce jour, le Collectif regroupe trente-deux associations issues des quartiers.

L’association Défense Permis Banlieue est membre du Collectif Banlieues Respect depuis 2010.

 Elle regroupe une cinquantaine d’entreprises pratiquant l’activité de location de voitures à double-commande appartenant essentiellement au réseau permis-malin.

En 2010, le Collectif Banlieues Respect avait mené une série d’actions pour soutenir ces jeunes entrepreneurs et tenter d’obtenir l’annulation du décret du 18 décembre 2009 qui mettait en péril l’existence de plus de 200  sociétés.

Malheureusement trois ans plus tard, un nouveau texte de loi, l’arrêté du 16 juillet 2013, va entrainer la fermeture de ces entreprises créées pour la plupart par des jeunes de quartiers.

Le Collectif Banlieues Respect regrette que le Conseil supérieur de l’éducation routière sous l’autorité du ministère de l’intérieur et présidé par monsieur Frédéric Péchenard,  ait cédé  au lobby des auto-écoles dans le seul but de faire disparaître une activité concurrente qui, dans un contexte économique difficile, est soutenue par une majorité de français.

Par ailleurs, le Collectif Banlieues Respect condamne le double discours des pouvoirs publics concernant l’emploi dans les quartiers. Plus particulièrement, les effets d’annonces sur des dispositifs de retour à l’emploi tels que les contrats franc et les contrats d’avenir, alors que parallèlement on détruit l’emploi de jeunes, créateur de richesse et non assistés, qui ne demandent qu’à payer leurs charges et impôts et surtout ne percevoir ni allocations chômage, ni RSA.

Le collectif Banlieues Respect mènera un ensemble d’actions pour soutenir ces entrepreneurs et en appel au président de la République, monsieur Français Hollande, pour plus de cohérence dans sa politique en direction des banlieues.

Le Collectif Banlieues Respect demande que les pouvoirs publiques  ne délaissent  pas   les jeunes des quartiers, qui se battent, travaillent et créent des emplois !

Communiqué de presse du 23 décembre 2010

La priorité dans les banlieues:c’est l’emploi et non la rénovation urbaine.

Le Collectif Banlieues Respect a appris que le jeudi 23 décembre 2010 à 8h30, le Ministre de la ville, Monsieur Maurice Leroy, se verra remettre le rapport 2009 de l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (ONZUS). Le collectif s’étonne que cette conférence de presse sur un sujet aussi important se tienne la veille d’un jour férié.
Le rapport 2009 de l’ONZUS apporte des informations chiffrés sur la situation dans les quartiers sensibles pour l‘année 2008. Il ressort principalement de ce document, sur le volet emploi, qu’un jeune sur deux issues de ces quartiers est au chômage.

Le Collectif Banlieues Respect estime qu’au vu des observations sur le terrain des responsables associatifs, la situation en matière d’emploi dans ces zones pour les années 2009 et 2010 est plus grave qu’en 2008.

Le Collectif Banlieues Respect considère que l’emploi est la priorité numéro une dans les quartiers.Le Collectif Banlieues Respect pense que la réduction des moyens pour le financement des emplois aidées en 2008 par rapport aux crédits engagés en 2007 était une erreur.

Le Collectif Banlieues Respect demande que le pouvoirs publics augmente fortement et immédiatement le financement des emplois aidées (contrat unique d’insertion) pour les employeurs du secteur marchand et non-marchand ainsi que le nombre de contrats d’apprentissage.

Afin de trouver les ressources, le Collectif Banlieues Respect estime que le ministère de la ville ne pourra pas faire l’économie de la suppression de certaines opérations de rénovation urbaines douteuses et fortement consommatrices de flux financiers.

Le Collectif Banlieues Respect a organisé en 2010 plusieurs actions en faveur de l’emploi dans les quartiers.

– Le jeudi 15 Avril 2010 à 11h30, une manifestation devant le Ministère des Transports afin d’obtenir des pouvoirs publics l’annulation du décret, du 18 décembre 2009, concernant une cinquantaine jeunes entrepreneurs, issues des banlieues et gérant de sociétés, de location de véhicules double-commande, regroupées dans le réseau Permis-Malin ainsi que leurs salariés. Une première victoire a été obtenu en novembre 2010, puisque le Conseil d’Etat a suspendu l’arrêté du décret.

-Le vendredi 22 Octobre 2010 à 12h, un rassemblement devant le Conseil général des Hauts-de-Seine afin de demander concrètement que les 40 millions d’euros d’excédents au budget 2009 du Conseil général soient affectés en urgence à l’emploi des jeunes dans les quartiers sensibles du département des Hauts-de-Seine

Par conséquent, le Collectif Banlieues Respect organisera durant le mois de janvier des actions devant le ministère de la ville afin d’obtenir des solutions concrètes pour l’emploi dans les quartiers.

Le Collectif Banlieues Respect qui regroupe des associations impliquées depuis plusieurs années dans l’action au sein des quartiers difficiles, avait appelé à la paix et au respect lors des émeutes de 2005.

 

Front des Banlieues Indépendant (FBI) structure opérationnelle et de "combat" des associations composant le Collectif Banlieues Respect.