Banlieues Respect est une fédération d'organisation associatives provenant de quartiers situées dans les zones urbaines sensibles.
Collectif non subventionné depuis sa création en 2005.

Archive pour janvier 2014

Le Parisien: Les loueurs de voitures à double commande ont perdu

 logo leparisien

Presse du 24 janvier 2014

 Les loueurs de voitures à double commande ont perdu

Ils attaquaient un nouveau texte de loi qui pénalise leur activité. Mais le Conseil d’Etat n’a pas accédé à leur demande.

Cruelle déconvenue pour les loueurs de voitures à double commande. Le Conseil d’Etat, qu’ils avaient saisi la semaine dernière en référé, n’a pas accédé à leur demande de suspendre l’arrêté du 16 juillet 2013 réglementant leur profession.Entré en vigueur le 1er octobre, le texte de loi a pour conséquence de mettre en péril l’économie de ces sociétés, créées pour la plupart par des jeunes entrepreneurs issus des banlieues.

Celles-ci proposent de louer des voitures à double commande, ce qui permet à un accompagnant de former un jeune qui a accompli son apprentissage en auto-école, mais a encore besoin d’heures de conduite. Le tarif est avantageux, entre 20 et 25 € de l’heure. Mais la loi impose maintenant à l’accompagnant de l’apprenti conducteur de suivre une formation payante, qui coûte en moyenne entre 200 et 400 €. Le Conseil d’Etat n’a pas accédé à la requête de l’avocat de l’association Défense permis banlieue, qui demandait une suspension de l’arrêté.

L’ordonnance de la plus haute juridiction administrative conduit les plaignants tout droit dans une impasse. Ils soulignent la baisse constante de leur chiffre d’affaires, leurs clients les abandonnant les uns après les autres. « La loi exige que les accompagnateurs se forment, mais les auto-écoles, saturées, ne peuvent répondre à la demande », déplore Julien Laziou, le cofondateur de la franchise Permis malin

.Depuis quelques mois, avec d’autres confrères, celui-ci multiplie les actions pour sensibiliser les politiques à leur sort. Mardi matin, ils ont une nouvelle fois sollicité Manuel Valls venu au siège de BFMTV à Paris (XVe) pour une interview. Le ministère de l’Intérieur se trouve en effet à l’origine des dispositions qui restreignent l’activité de Permis malin et d’autres enseignes telles que Success permis. Déjà interpellé dans les mêmes conditions et au même endroit le 12 novembre 2013, Manuel Valls avait alors promis aux manifestants de les recevoir.

« Deux mois plus tard, nous n’avons toujours pas de rendez-vous ! » s’impatiente Julien Laziou. Désireux d’éviter tout contact avec la dizaine de gérants présents devant les locaux de BFMTV, Manuel Valls a demandé aux policiers de les éloigner afin qu’ils ne perturbent pas sa sortie devant les caméras et autres appareils photo. L’un de ses conseillers a cependant assuré que le ministre allait rencontrer les représentants de Défense permis banlieue. « Nous espérons le voir au plus tard la semaine prochaine », lâche Julien Laziou, qui souligne que 200 sociétés employant près de 1000 salariés sont en train de disparaître.

« C’est indécent d’entendre M. Valls déclarer sur BFMTV qu’il faut créer des emplois alors qu’il en détruit, en particulier dans les quartiers difficiles », dénonce Hassan Ben M’Barek, du collectif Banlieues respect, qui soutient les loueurs de citadines à double pédalier. La colère monte chez les jeunes chefs d’entreprise qui ne supportent plus l’indifférence des pouvoirs publics. « S’il faut brûler et casser pour se faire entendre, on va s’y mettre », menace l’un d’entre eux.

 

Communiqué de presse du 21 janvier 2014

Manuel Valls de nouveau interpellé par des entrepreneurs de Banlieue pour lui demander de tenir ses engagements.

 

Le  Mardi 21 janvier 2014 à 8h15, le ministre de l’intérieur Monsieur Manuel Valls,  a été de nouveau  interpellé  devant le siège de BFM TV par une quinzaine de gérants de sociétés de location de véhicules à double commande membres des Bonnets rouges de Banlieue.

En effet, le  Mardi 2 novembre 2013 à  8h15 toujours devant  BFM TV, les Bonnets rouges de Banlieue avaient demandé dans le calme, au Ministre de l’intérieur, l’annulation de l’arrêté l’arrêté du 16 juillet 2013 qui va entrainer la fermeture de plus de 200 entreprises représentant plus de 1000 emplois et  créées pour la plupart par des jeunes de banlieue.

Par ailleurs, Ils avaient alerté le ministre de l’intérieur sur la situation catastrophique de l’emploi dans les quartiers où le taux chômage des jeunes est 2  fois supérieur à la moyenne nationale et où 1 jeune sur 2  de  moins 25 ans est  à la recherche d’un emploi.

Après ce dialogue, Monsieur Manuel Valls s’était engagé à recevoir ces entrepreneurs pour l’organisation d’une table ronde avec tous les acteurs du dossier afin de trouver des solutions malheureusement aucune rencontre même avec un membre de son cabinet n’a eu lieu.

Aujourd’hui, le ministre de l’intérieur, Monsieur Manuel Valls,  a confirmé  face à Jean-Jacques Bourdin ce matin sur BFM TV, que l’emploi était la priorité numéro 1 du gouvernement.

Une fois de plus, Monsieur Manuel Valls  s’est de nouveau engagé à recevoir, dans les quelques jours,  ces entrepreneurs de banlieue.

Le Collectif  Banlieues Respect espère que le ministre de l’intérieur va cette fois respecter son engagement.

Hassan BEN M’BAREK

Porte-parole du Collectif Banlieues Respect

8ème Action pour l’emploi:

Accueil de Manuel valls devant les locaux de BFM TV.

Front des Banlieues Indépendant (FBI) structure opérationnelle et de "combat" des associations composant le Collectif Banlieues Respect.