Banlieues Respect est une fédération d'organisation associatives provenant de quartiers situées dans les zones urbaines sensibles.
Collectif non subventionné depuis sa création en 2005.

Communiqué de presse du 20 Avril 2011

Halte aux discriminations liées au lieu d’habitation.

Le Collectif Banlieues Respect se félicite que la HALDE recommande que les discriminations liées au lieu de résidence, pour les habitants des banlieues, soient inscrites dans la loi et figurent dans le code du travail.

En effet, le Collectif Banlieues Respect estime que la lutte contre les discriminations et le chômage dans les zones urbaines sensibles devraient être dans les mois à venir l’une priorités des pouvoirs publics.

Néanmoins, le Collectif Banlieues Respect reste sceptique quant à la mise en place concrète de cette proposition.

Le Collectif Banlieues Respect estime qu’il sera difficile d’établir des indicateurs et de mesurer ces discriminations liées au lieu d’habitation, qui frappe particulièrement les jeunes des quartiers sensibles.

A titre d’exemple, le Collectif Banlieues Respect constate que dans certaines zones pourvues de plusieurs milliers d’emplois, à côté duquel se trouvent un ou deux quartiers sensibles, à peine quelques habitants y travaillent.

Une réponse à to “Communiqué de presse du 20 Avril 2011”

  • Dr TUECHE:

    A MONSIEUR CLAUDE LAPLAUD
    AU PROCUREUR DE LA REPUBLIQUE 30 RUE DE FRERES BONIE 33000BORDEAUX.

    1) Le requérant porte plainte pour mise en danger de la vie d’autrui, atteinte à la liberté d’installation et d’exercice, atteinte à la libre circulation des praticiens, faux en écriture publique et authentique, usage de faux, discriminations raciales, harcèlement moral, calomnies et diffamations, atteinte portée à sa personne, à son honneur et à sa réputation, avec préméditation et en réunion.
    2) Le requérant a reçu le 14 3 2011, du tribunal administratif de Bordeaux, une lettre circulante adressée le 19 10 2010, aux hôpitaux de France, le calomniant à son insue de : «médecin présentant des conduites médicalement inadaptées, voires dangereuses», par le Dr Nicole Kein.
    3) Le requérant nie toute «conduite inadaptée voire dangereuse»; A titre d’exemple, le Dr BISSOLOKELE (co-auteur des calomnies), et médecin chef des urgences au CH de Libourne depuis 2 ans, a été en garde à vue à 6 reprises pour des morts suspectes. Et que Le requérant a été témoin de 3 morts suspectes d’enfants, lors de son passage en juillet, août, septembre 2010; Le requérant a de même porté à la connaisance du Préfet de Lille, des morts suspectes survenus à la Clinique de la Louvière lors de son passage en 2009, dont l’instruction aurait aussi été étouffée; le Préfet de l’Oise ayant été lui-même chargé en mars 2008 d’enquêter sur les faits, avant de subir des pression qui l’ait poussés à ne rien faire exactement; L’incompétence est donc quantifiable, descriptible, démontrable, compréhensible et accessible à tous même à l’homme de la rue; Or, Le requérant n’a jamais été entendu par la Commission médicale d’établissement (Art 6III décret du 27 3 1993), ni aucune autorité même judiciaire, ni garde à vue, pour faute sur un patient en 17 ans d’exercice; Et que des falsifications seraient en cours, pour l’impliquer dans certaines morts suspectes.
    4) Le requérant montre donc comment, le seul chirurgien Noir de France, spécialiste en chirurgie cardiaque et transplantation d’organes, éligible au professorat à l’enseignement a été exclu, mis au placard, par discriminations, harcèlements, calomnies en réunion utilisant l’appareil d’Etat, intrigues et corruptions et etouffement de faits et procédures; La DDASS ayant mis en ligne et écrit en 2002, aux hôpitaux, pour le dénoncer en faux, de «diplômes volés et falsifiés», découvert le 19 9 2004(*).
    5) Atteinte caractérisée à la liberté d’installation et d’exercice d’un citoyen communautaire; sans jamais démontrer aucune infirmité ni faute sur le moindre patients, au sens de la doctrine et de la jurisprudence; alors qu’il est constant en matière de faute grave, de harcèlements et discriminations, que la charge de la preuve échoit à l’administration, à l’ordre des médecins et au CHU de Rennes; Le CH Guingamp où le requérant a exercé en juillet 2010, a délivré à la demande de l’administration une fausse fiche de paie, sans jamais payer le rquérant pour plus de 700€ ; et ne prouve pas avoir payé les honoraires du requérant, par un virement du Trésor ou autre; l’ordre des médecins et le ministre de la santé ayant aussi demandé à la Clinique de la Louvière de Lille et à la Clinique Ospédale de Porto Vecchio de ne pas payé des honoraires dus au requérant, lesquels lui sont donc redevable de près de 10.000€ d’arriérés d’honoraires; et que le requérant auquel le rapport d’expertise n’a pas été communiqué comme le prévoit l’article R.4124-3§1-2csp, nie toute «psychose paranoïde délirante grave avec anosognosie, dangereuse à l’activité de la médecine»; produit une prise de sang normale; a exercé dans 70 hôpitaux dont 12 en 2010; n’a jamais nuit au moindre patient; est passé de 6 publications scientifiques en 2002, à 12 à ce jour; alors qu’aucun des médecins des 12 hôpitaux cités en 2010, n’a le 1/12e de ses publications.
    6) Qu’en France, on le sait désormais, comme en Chine et en Russie, on peut déclarer ses adversaires fou à lier (psychose paranoïde délirante) pour les éliminer, usant de corruptions et intriques, pour obliger l’innocente victime à produire mille et une preuve de sa bonne santé, jusqu’à Londres, très récemment mis en ligne, suite aux entraves diverses; alors que la moindre preuve de psychose n’est apportée, par l’ordre des médecins qui a comme en Chine et en Russie ne se sent aucunement obligé de respecter le principe du contradictoire, et notifier le rapport d’expertise comme le lui impose la loi, se sachant suffisament fort pour entraver les procédures à tous échelons le plaignant étant donc fou de fait depuis près de dix ans (2002 ordre des médecins d’Ille et Vilaine à Rennes); l’ordre des médecin et le ministre de la santé ayant négligé que les familles des patiens immolés seraient contactés et informés et recevant des documents pertients afin de veiller à la sauvegarde de la santé publique.
    7) Or, afin d’étouffer définitivement l’affaire, la CAF de Beauvais a suspendu sans explications aucune, le RMI du plaignant depuis le 31 12 2010, lequel s’est alors mis en maladie, a a aussi vu ses indemnité maladie suspendues par la CPAM de Beauvais, depuis le 13 mars 2011, sans raisons, selon les informations en possession du requérant, à la demande du ministre de la santé et de l’ordre des médecins; Et Qu’il y a donc lieu de prendre toutes mesures utiles pour la cessation immédiates de ces faits graves; ainsi que pour la sauvegarde des preuves; d’entendre les parties et les confronter, afin que la parole et toute écriture inspirée soit utile, pour enseigner, pour convaincre, pour corriger toute erreur matérielle, toute erreur d’interprétation, pour instruire dans la justice; car la vérité ne peut être anéantie.

    PAR CES MOTIFS, au procureur de la République:
    1. Accueillir la présente plainte dans sa gravité.
    2. Le dossier de Londres publiés affollant les parties, à fuite vers l’avant, et induit à d’autres falsifications visant à nuire au requérant, ainsi qu’à l’intimidation des témoins.
    3. Prendre toute mesure pour la sauvegarde des preuves et l’audition des témoins, et leur confrontation.
    4. Constater que le plaignant est accusé en faux «d’attitude inadaptées, voire dangereuses».
    5. Constater que le requérant a déjà précédemment été accusé en faux de «diplômes volés et falsifiés»; Constater que le plaignant a été aussi accusé en faux de «psychose paranoïde délirante grave».
    6. Instruire de manière extemporannée ces faits graves avec mise en danger de la vie d’autrui, commis en réunion et avec préméditation et manipulation de témoins et fasifications de documents et preuves, de la part du Dr Nicole Klein, l’ordre des médecins, son conseil départemental, et son conseil national, le ministre de la sante, et le CHU de Rennes et les autres mis en causes nommément cités.
    7. Ordonner la cessation immédiate des faits graves, sous rubrique, nomméments cités et décrits et documentés et protéger les vies mises en danger.

    INVENTAIRE:
    1. CALOMNIES DU DR NICOLE KLEIN EN REUNION AVEC L’ORDRE DES MEDECINS ET L’ADMINISTRATION ET LE CH DE LIBOURNE «CONDUITE INADAPTEES VOIRE DANGEREUSES».
    2. CALOMNIES PAR L’ORDRE DES MEDECINS LE 22 3 2006 DE «PSYCHOSE PARANOÏDE DELIRANTE GRAVE».
    3. REFUS DE DELIVRER LE RAPPORT D’EXPERTISE PLUS DE DEUX ANS APRES LADITE EXPERTISE.
    4. OBSTRUCTIONS CONTRE UNE PUBLICATION SCIENTIFIQUE 2005 et PUBLICATION PARUE EN 2003.
    5. FAUSSE FICHE DE PAIE SANS PAYEMENT DES HONORAIRES DUS PAR LE CH DE GUINGAMP.
    6. REMPLACEMENT AU CH DE LIBOURNE EN SEPTEMBRE 2010.
    7. ATTEINTES GRAVE A L’INTERÊT PUBLIQUE ET OBSTRUCTION DE PROCEDURES PAR LORDRE DES MEDECINS.
    (*) PIECES PRODUITES A LA GENDARMERIE DE CLERMONT.

    Dr Serge TUECHE
    13 RUE SAINT LUC
    75018 PARIS
    TEL 07 61 53 81 95.

Laisser un commentaire

Front des Banlieues Indépendant (FBI) structure opérationnelle et de "combat" des associations composant le Collectif Banlieues Respect.