Banlieues Respect est une fédération d'organisation associatives provenant de quartiers situées dans les zones urbaines sensibles.
Collectif non subventionné depuis sa création en 2005.

Archive pour mars 2011

Communiqué de presse du 11 Mars 2011

Condamnation du limogeage de Monsieur Abderrahamane Dahmane.Ex-conseiller diversité de Monsieur Nicolas Sarkozy.

Le Collectif Banlieues Respect a appris avec regret le limogeage, le 11 mars 2011, de Monsieur Abderrahmane Dahamne, ex-conseiller diversité de Monsieur Nicolas Sarkozy.

Le Collectif Banlieues Respect, coorganisateur de la rencontre du jeudi 10 mars 2011 à la mosquée de Paris, avait observé que monsieur Dahmane, dans une atmosphère difficile, avait toujours pris la défense du président de la République en expliquant aux participants que celui-ci avait autorité ce débat pour lutter contre la stigmatisation des musulmans. Le Collectif Banlieues Respect estime cette décision injuste et inquiétante.

En effet, Monsieur Abderrahmane Dahmane a fortement critiqué le secrétaire général de l’UMP, Monsieur Jean-François Copé, à l’origine de ce débat et de son impact négatif sur les français musulmans.

Monsieur Jean-François Copé connait une ascension politique importante depuis qu’il a décidé de mener des actions en direction de la communauté musulmane. (projet de loi sur le voile intégrale, débat sur l’islam)

Le Collectif Banlieues Respect constate que lorsque une personne de culture musulmane, membre de l’UMP, demande l’annulation de ce débat et critique son initiateur, il est immédiatement limogé alors que ce parti politique appel au dialogue.

Par comparaison, lorsque des membres importants de l’UMP tels que Madame Nadine MORENO et Monsieur Brice HORTEFEUX tiennent des propos « abjects » aucune sanction n’est prononcée. Malgré la condamnation par la justice d’une de ces personnes.

Le Collectif Banlieues Respect arrive malheureusement à la conclusion que le président de la république Monsieur Nicolas Sarkozy a perdu la main à l’intérieur de l’UMP au profit de Monsieur Jean-François Copé.

Le Collectif Banlieues Respect considère , Monsieur Jean-François Copé, comme personne non gratta  dans la communauté musulmane.

Communiqué de presse du 13 Mars 2011

Le revirement de Monsieur Dalil Boubakeur

Le Collectif Banlieues Respect a appris avec étonnement la rencontre le samedi 12 mars 2011 entre le secrétaire général de l’UMP, monsieur Jean-François Copé et le recteur de la Grande mosquée de Paris, monsieur Dalil Boubakeur, concernant les bonnes intentions de l’UMP au sujet du débat sur la laïcité et l’islam prévu le 5 avril.

Le Collectif Banlieues Respect a été organisateur avec la fédération nationale de la mosquée de Paris et le conseil des démocrates musulmans de France de la rencontre du jeudi 10 mars 2011 à la Mosquée de Paris. A cette occasion des critiques très vives ont été prononcées en direction de l’UMP et de monsieur Jean-François Copé.

Le Collectif Banlieues Respect est totalement surpris et écoeuré de ce revirement à 180 degré de monsieur Dalil Boubakeur.

En effet, monsieur Dalil Boubakeur a tenu des propos très durs, quelques jours avant cette rencontre, à l’encontre de monsieur Jean-François Copé et de l’UMP. Il demandait le retrait pur et simple du débat sur la laïcité et l’islam.

Le Collectif Banlieues Respect est au regret de constater que la Grande Mosquée de Paris a perdu toute crédibilité auprès d’une large majorité de français musulmans

 

Communiqué de presse du 11 Mars 2011

Mettre à disposition des églises de France vides pour la prière du vendredi des musulmans.

 
 

 

 

A l’initiative de la Fédération nationale de la Mosquée de Paris, du Conseil des démocrates musulmans de France et du Collectif Banlieues Respect, des responsables religieux, des élus des différentes formations politiques et des organisations de banlieues se sont rassemblés, le jeudi 10 mars 2011, à la Mosquée de Paris afin de déterminer les actions à mettre en place pour dénoncer ce débat sur la laïcité et l’islam.

 
Le Collectif Banlieues Respect considère que chaque fois qu’il y a un débat de cette nature, celui-ci débouche sur une loi visant à stigmatiser les musulmans.

Le débat étant de fait installé, le Collectif Banlieues Respect ne peut qu’apporter ses recommandations et mener des actions.

Dans un esprit de solidarité interreligieuse, le porte-parole du Collectif Banlieues Respect, Hassan BEN M’BAREK, demande aux structures en charge de l’organisation de l’Eglise de France la mise à disposition des églises vides pour la prière du Vendredi afin d’éviter que les musulmans ne prient dans la rue et d’être les otages des politiques.  

 

Les quelques associations membres du Collectif Banlieues Respect présentes à la rencontre du jeudi 10 mars 2011 à la mosquée de Paris:

M.Rachid NEKKAZ Président association « Club des élus Allez France »

M.Karim CHERID Président association « Le Vivier

M.Hassan BEN M’BAREK Président association « Citoyenneté & Démocratie »

M.Mohamed CHANAÏ Président association « La Lumière »

M.Omar DJELLOULI Président association « L’ouverture »

M.Ahmed MAMACHE Président association « NUMED»

M.Mustapha MANSOURI Président association « Carrefour »

M. Abdoula ELGATOU Président association « Objectif 2000 »

M.Abderahim AÏT-OMAR Président association « Ecoute Conseil Dialogue »

M.Youcef MEGDOUD Président association « Entreprises&Quartiers»

M.Mounir ARRAI Président association « Terre et paix »

M. Farid KHALDI Président association « CIQ 21 »

M.Mustapha BENLAFKIH Vice-président « Solidarité Assistance Dialogue»

M.Hamid MANSOURI Vice-président « Citoyenneté Intégration Argenteuil »

M.Said ZAMOUN Président association « Médiation Citoyenne»

Communiqué de presse du 07 Mars 2011

FEDERATION NATIONALE DE LA MOSQUEE DE PARIS

CONSEIL DES DEMOCRATES MUSULMANS DE FRANCE

COLLECTIF BANLIEUES RESPECT

mosquée de paris

 

Réaction au débat sur l’islam. Non à un islam bouc émissaire.

Des Responsables religieux, des élus de divers partis politiques, des personnalités de la société civile, des organisations laïques ainsi que des associations de banlieues ont décidé de réagir au débat sur l’islam.

A cet effet, une rencontre sera organisée le jeudi 10 mars 2011 à 18h30 à la Mosquée de Paris pour déterminer les moyens et les actions à mettre en place afin de dénoncer ce débat et de lutter contre les discriminations et la stigmatisation récurrente des Français musulmans.

Cette initiative citoyenne qui s’inscrit dans une démarche de dignité a pour objectif principale d’envoyer un message d’union et de fermeté en direction de ceux qui veulent instrumentaliser l’islam, à l’approche d’échéances électorales importantes.

Nous souhaitons rassembler la communauté musulmane, comprenant des pratiquants et des non-pratiquants, partisan du mieux «vivre ensemble».

L’L’appel des musulmans de France à Sarkozy et aux chefs d’Etat du Maghreb

tsa algerie 300 x 100

Presse du 15 mars 2011

 

dahmane hassan

TSA publie l’appel lancé ce mardi 15 mars par deux personnalités musulmanes en France au président Nicolas Sarkozy et aux chefs d’Etat du Maghreb afin d’obtenir l’annulation du débat controversé sur l’islam prévu le 5 avril en France.


 

 

« La France est l’Evangile de la fraternité des races et de l’égalité des chances »

Cette phrase extraite du « discours de la Brèche » prononcé par le général de Gaulle à Constantine en décembre 1943 a été sortie de l’oubli au moment de l’agitation pour une finalité électorale autour de « l’identité nationale ».

Sa citation a permis de relativiser la portée des discours islamophobes tenus par les zélotes d’un néonationalisme islamophobe qui déshonorent le gaullisme et dont aucun ne peut se mesurer au général de Gaulle en matière de légitimité patriotique et nationale.

Dans le même discours, le chef de la France Libre a promis l’application à l’Islam de la loi de 1905 qui avait été sabotée depuis 1907 par les idéologues de la laïcité coloniale.

Le rappel de cette promesse, qui fut vite oubliée par les politiciens de la IVe République et notamment par la Gauche coloniale, apporte un cinglant démenti aux assertions des nostalgiques de la laïcité coloniale qui trompent l’opinion en répétant que l’Islam ne serait arrivé que bien après l’adoption de la loi de séparation.

Le débat sur l’Islam lancé après l’échec lamentable de la phraséologie autour de « l’identité nationale » par la poignée d’antigaullistes qui se sont emparés de l’UMP est dangereux en raison de la désinformation historique distillée par ses promoteurs.

Il est nuisible parce qu’il favorise l’islamophobie qui devrait être combattue par des dispositions législatives le jour où la politique musulmane de la France se conformera à une véritable laïcité républicaine au lieu d’être inspirée par l’héritage colonial qui sert à rentabiliser la peur à des fins politiciennes.

Nous appelons à l’annulation de ce débat antirépublicain qui réduit 5 à 6 millions de musulmans à l’état de bouc émissaire.

Nous demandons au président Sarkozy qui est le président de tous les Français, sans distinction de race et de religion, de faire cesser cette mascarade de débat.

Nous demandons également aux chefs d’Etats du Maghreb et particulièrement au Président Abdelaziz Bouteflikaet à sa Majesté Mohamed VI dont le grand-père, feu Mohamed V, était compagnon de la libération, d’user de leurs influences pour demander l’annulation de ce débat.

N’oublions pas que le Maghreb a refusé de livrer nos frères Juifs durant l’occupation en France.

*Abderrahmane Dahmane est Président du conseil des démocrates musulmans de France et ancien Conseiller de Nicolas Sarkozy

*Hassan Ben m’Barek est Président de Citoyenneté & Démocratie

Libération: Les musulmans appelés à porter une «étoile verte»

logo libération 300 x 100

Presse du 28 mars 2011
Un ex-conseiller de Sarkozy appelle les musulmans à porter une «étoile verte»

L’ex-conseiller à l’Elysée chargé de la Diversité Abderahmane Dahmane a appelé lundi les musulmans à porter une « étoile verte » pour protester contre le débat sur la laïcité et l’islam voulu par l’UMP.

« L’étoile verte est le signe vestimentaire que les musulmans de France ont décidé de porter pour demander l’annulation du débat sur l’islam et la fin de l’islamophobie de l’UMP de M. Copé (Jean-François) », selon un communiqué reçu à l’AFP. Le 10 mars Abderahmane Dahmane avait qualifié de « néo-nazis » les promoteurs du débat.

Le texte est signé de Abderahmane Dahmane, en tant que président du Conseil des démocrates musulmans de France, et Hassan Ben M’Barek, porte-parole de Banlieues Respect qui se présente comme un collectif d’associations.

« Face à une idéologie qui consiste à expatrier par bateau des contingents entiers de citoyens français vers l’expatriation, contre une islamophobie galopante et le règne de l’un contre l’autre, pour une république une et indivisible » et « parce que subir suffit, parce qu’il n’est plus question de continuer à ne plus être, parce que le vivre-ensemble dans nos choix est un avenir choisi », les signataires pévoient de lancer l’opération lors d’une conférence de presse mardi à 11H00 sur le parvis de la Grande mosquée de Paris.

Le président Nicolas Sarkozy a affirmé lundi, lors d’une réunion avec les dirigeants de l’UMP, qu’il fallait que le débat sur la laïcité « ait lieu » alors que le porte-parole du gouvernement François Baroin avait assuré plus tôt dans la matinée qu’il fallait « certainement mettre un terme à tous ces débats ».

Abderahmane Dahmane, ancien secrétaire national à l’UMP, a été limogé de son poste à l’Elysée le 11 mars après avoir sévèrement critiqué la veille le débat, le qualifiant de « peste pour les musulmans » et traité Jean-François Copé de « néo-nazi ».

Le port de l’étoile jaune a été imposé aux juifs français et étrangers vivant en France par les occupants allemands à partir de juin 1942.

 

Communiqué de presse du 01 Mars 2011

 

 

Réaction à la visite de Nicolas Sarkozy à Bobigny (93)

Le Collectif Banlieues Respect a appris que le président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy, s’est déplacé aujourd’hui à Bobigny en Seine-Saint-Denis, sur le thème de l’emploi ou il a évoquer le développement des formations en alternance.

le Collectif Banlieues Respect considère que l’emploi est la priorité numéro une dans les quartiers.

Le Collectif Banlieues Respect a demandé plusieurs fois que les pouvoirs publics augmentent fortement et immédiatement le financement des emplois aidées ainsi que le nombre de contrats d’apprentissage.

Le Collectif Banlieues Respect soutien toutes les initiatives qui incitent les entreprises à prendre des jeunes des quartiers en alternance.

Le Collectif Banlieues Respect qui regroupe des associations impliquées depuis plusieurs années dans l’action au sein des quartiers difficiles, avait appelé à la paix et au respect lors des émeutes de 2005.

Front des Banlieues Indépendant (FBI) structure opérationnelle et de "combat" des associations composant le Collectif Banlieues Respect.