Banlieues Respect est une fédération d'organisation associatives provenant de quartiers situées dans les zones urbaines sensibles.
Collectif non subventionné depuis sa création en 2005.

Archive pour juin 2010

Communiqué de presse du 27 juin 2010

Réaction à la visite du Premier Ministre, Monsieur François Fillon, dans une Mosquée à Argenteuil.

Le Premier Ministre, Monsieur François Fillon, accompagné du ministre de l’Intérieur et des Cultes, Monsieur Brice Hortefeux, devrait inaugurer ce lundi 28 juin 2010 vers 10h30, à Argenteuil dans le Val-d’Oise, la nouvelle mosquée gérée par l’institut islamique de France Al-Ihsan.

Le Collectif Banlieues Respect soutient la venue du Premier Ministre dans le quartier du Val-d’Argent à Argenteuil, territoire cumulant de lourds handicaps économiques et sociaux.

Le Collectif Banlieues Respect, organisation laïque, se félicite également de la présence du Premier Ministre pour l’inauguration d’un lieu de culte. Cette démarche contribue à rassurer et conforter les musulmans de France après les dérapages islamophobes que nous avons constatés ces derniers mois.

Néanmoins, le Collectif Banlieues Respect regrette que le choix du Premier Ministre se soit porté sur une mosquée dont une décision de justice, R.G n 07/06472 en date du 2 Mars 2010, de la 1er chambre du TGI de Pontoise ait prononcé la nullité du conseil d’administration constitué depuis janvier 2004. L’équipe dirigeante actuelle et tous les actes administratifs pris depuis cette date sont illégaux!

Le Collectif Banlieues Respect souhaite que le CFCM, représenté lors de cette inauguration par Monsieur Mohammed Moussaoui, vienne avec des réponses à divers revendications qui lui ont été adressées par les associations d’Argenteuil.

Le Collectif Banlieues Respect déplore que les responsables de la moquée Al-Ihsan aient « profité » de la venue du Premier Ministre pour demander une participation, à une partie des fidèles, de 50 à 200 Euros pour venir écouter le chef du gouvernement.

Le Collectif Banlieues Respect est une fédération d’associations impliquées dans l’action au sein des quartiers difficiles et qui avait appelé à la paix et au respect lors des émeutes de 2005.


Communiqué de presse du 25 juin 2010

EQUIPE DE FRANCE : Création d’une FONDATION RESPECT dans les Banlieues

Le Collectif Banlieues Respect est une fédération d’associations impliquées dans l’action au sein des quartiers difficiles et qui avait appelé à la paix et au respect lors des émeutes de 2005.

Après le fiasco de l’équipe de France en Afrique du sud et le comportement condamnable d’une partie de ses membres, le Collectif Banlieues Respect regrette les tentatives d’ethnicisassions du problème et réfute le sentiment donné aux français que les joueurs de l’équipe de France issues pour une partie d’entre eux de la diversité et des quartiers populaires ne respectaient pas la nation.

le Collectif Banlieues Respect estime qu’après la prestation de l’équipe de France, l’organisation d’états généraux du football est une necessicité.

Dans cet esprit, les associations du Collectif Banlieues Respect souhaiteraient proposer aux membres de l’équipe de France et aux instances nationales du football la mise en place d’une « Fondation Respect », dont le but est de mettre en place des actions concrètes en matière d’emploi et de formation autour de la citoyenneté en faveur des jeunes des quartiers sensibles.

Communiqué de presse du 24 juin 2010

Réaction à la visite surprise du Président de la République, Nicolas Sarkozy, en Seine-Saint-Denis.

Le Collectif Banlieues Respect qui regroupe des associations impliquées depuis plusieurs années dans l’action au sein des quartiers difficiles, avait appelé à la paix et au respect lors des émeutes de 2005.

Le Président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy, a effectué une visite surprise nocturne de 21h à minuit dans divers endroits du département de Seine-Saint-Denis(93) et plus particulièrement à la cité des 4000 à la Courneuve et à la gare SNCF de Saint-Denis.

Le Collectif Banlieues Respect estime que cette visite discrète, durant laquelle Monsieur Nicolas Sarkozy s’est entretenu avec des jeunes, des passants et des commerçants est un début encouragent pour renouer les liens entre le Président de la République et les habitants des quartiers sensibles.

Le Collectif Banlieues Respect constaste que dans les faits il n’y a pas de plan banlieues et regrette l’échec du plan Espoir Banlieues.

Le Collectif Banlieues Respect attire l’attention du Président de la République, Monsieur Nicolas Sarkozy, sur le fait que la multiplication d’actions pour lutter contre l’insécurité et les trafics dans les quartiers est une nécessité mais il faudra à un moment donné apporter des solutions concrètes à la problématique principale dans les quartiers qui est l’emploi.

Communiqué de presse du 23 juin 2010

Demande la démission de Madame Jeannette Bougrab de l’ASCE

Le Collectif Banlieues Respect est une fédération d’associations impliquées dans l’action au sein des quartiers difficiles et qui avait appelé à la paix et au respect lors des émeutes de 2005.

La présidente de la haute autorité de lutte contre les discriminations (HALDE), Madame Jeannette Bougrad a été mis en cause dans un article d’un journal soutenant qu’elle aurait fait voter une délibération pour doubler son salaire. Si ces faits sont confirmés.

Le Collectif Banlieues Respect estime que cette affaire est grave et inadmissible dans un contexte économique et financier fortement dégradé dans notre pays et plus particulièrement dans les quartiers sensibles où les habitants sont durement touchés par le chômage.

Le Collectif Banlieues Respect constate que Madame Jeannette Bougrad est également présidente de l’agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (ASCE) poste non rémunéré mais hautement symbolique pour l’ensemble des acteurs des quartiers.

Le Collectif Banlieues Respect considère qu’une personne percevant un salaire avec des avantages équivalent à 14 fois le smic ne peut être légitime pour représenter ces populations.

Le Collectif Banlieues Respect pense que le maintien de la présidente de l’ASCE, structure chargée de mettre en œuvre des actions en faveur des habitants des quartiers prioritaires politique de la ville et dotée d’un budget de plusieurs centaines de millions d’Euros, n’est plus possible dans ce contexte.

Après l’échec évident du plan Espoir Banlieue, le Collectif Banlieues Respect souhaiterait que le président de la République, Monsieur Nicolas Sarkoy, qui devrait prochainement annoncer des mesures pour le bon fonctionnement d’une République exemplaire dans le cadre de la révision générale des politiques publiques ne fasse pas l’économie, d’une évaluation sérieuse des organisations publiques intervenant dans ces quartiers depuis plusieurs années et de solutions pour mettre fin aux dérives et aux gaspillages.