Banlieues Respect est une fédération d'organisation associatives provenant de quartiers situées dans les zones urbaines sensibles.
Collectif non subventionné depuis sa création en 2005.

Presse: Nouvelobs.com  » Table ronde jeunes-police: Opération Marketing »

téléchargement (1)

NOUVELOBS.COM  le 31  août 2009

Table ronde jeunes-police : »opération marketing »

Le collectif Banlieues respect, regroupant une centaine d’associations, regrette de ne pas avoir été convié par le ministère de l’Intérieur à la réunion qui a eu lieu cet après-midi afin de discuter des relations entre les jeunes et la police.

Le collectif Banlieues respect dénonce « une opération marketing » du ministre de l’intérieur Brice Hortefeux. (Sipa)
Le collectif Banlieues respect, créé après les émeutes de 2005 et regroupant une centaine d’associations, a regretté lundi 31 août de ne pas avoir été convié à la table ronde sur les relations jeunes/police organisée par le ministère de l’Intérieur.
« Tout cela ne semble pas très sérieux », a déclaré le porte-parole du collectif Hassan ben M’Barek qui a dénoncé « une opération marketing qui ne changera rien dans les quartiers ».

« Positions assez critiques »

« Nous nous étonnons des conditions dans lesquelles cette réunion est organisée – nous n’y sommes pas invités alors que nous avons eu des prises de positions assez critiques sur les relations jeunes/police mais des associations qui n’ont pas travaillé sur ces questions comme Ni Putes Ni Soumises ou Sos Racisme sont représentées », a-t-il ajouté.
Une « table ronde » sur les relations entre les jeunes et la police, annoncée par Brice Hortefeux après la mort récente à Bagnolet (Seine-Saint-Denis) d’un jeune motocycliste qui fuyait un contrôle de police, se tenait au ministère de l’Intérieur.

Aucun contact entre la moto et la victime

Yakou Sanogo, 18 ans, s’était tué le 19 août dernier après avoir percuté une barrière de béton alors qu’il fuyait un contrôle de police, et sa mort avait provoqué de violents incidents dans la ville, où des jeunes gens accusaient les policiers d’avoir heurté leur camarade.
Depuis, l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) chargé de l’enquête d’accidentologie a rendu ses conclusions selon lesquelles il n’y avait eu aucun contact entre la moto de la victime et les voitures de police.

17 associations

Lundi après-midi, les responsables de 17 associations nationales ou de quartiers travaillant dans les milieux jeunes et/ou de banlieue, rencontrait Brice Hortefeux, Xavier Darcos, ministre de tutelle de la Ville et sa secrétaire d’Etat Fadela Amara en charge de ce secteur, ainsi que Martin Hirsch, haut commissaire à la jeunesse.
Les directeurs généraux de la police, Frédéric Péchenard, de la gendarmerie, le général Roland Gilles, le préfet de police Michel Gaudin, les directeurs centraux de la Sécurité publique Jacques Fournier et des CRS Philippe Laureau et Alain Gardère, directeur de la police urbaine de proximité de la PP, étaient présents.

« Dialogue et fermeté »

« Cette initiative vise à établir les bases d’un dialogue serein et permanent entre le monde associatif de ces quartiers, ses habitants et la police », avait souligné Hortefeux, lorsqu’il en avait annoncé la tenue de cette réunion.
Le ministre de l’Intérieur y était revenu le 21 août en présidant le baptême de promotions de Cadets de la République et d’adjoints de sécurité (ADS) dans une école de police du Puy-de-Dôme.
« Non, les policiers ne sont pas naturellement provocateurs, non les jeunes ne sont pas naturellement violents« , avait-il affirmé, ajoutant que « la relation police-jeunesse, ce n’est pas cela ».
Aussi, « nous devons mettre fin aux caricatures, c’est la raison pour laquelle j’ai décidé cette réunion », avait-il expliqué.
Selon l’Intérieur, cette rencontre illustre ce que doit être, pour Brice Hortefeux, sa politique de sécurité: « marcher sur deux jambes, dialogue et fermeté« .

(Nouvelobs.com avec AFP)

Laisser un commentaire

Front des Banlieues Indépendant (FBI) structure opérationnelle et de "combat" des associations composant le Collectif Banlieues Respect.